Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Qui perd gagne

Référence : MEL_0819
Date : 07/01/1938

Éditeur : Temps présent
Source : 2e année, n°10, p.1
Relation : Notice bibliographique BnF
Type : Billet

Description

Malgré les victoires diplomatiques de l’axe Berlin-Rome, François Mauriac se réjouit de constater que la France incarne de nouveau un idéal humain révélé en particulier par sa littérature.

Version texte Version texte/pdf Version pdf

Qui perd gagne

Oui, en Yougoslavie, en Roumanie, en Espagne, à Tokyo, partout Rome-Berlin gagne. Mais il nous reste ceci: la France, en dépit de son désordre intérieur, représente de nouveau, aux yeux des peuples, un idéal —non pas un idéal révolutionnaire— un idéal humain.
Malgré ses échecs répétés sur le plan diplomatique, on recommence à dire d’une certaine façon et sur un certain ton: “La France”. Ceux qui naguère se réjouissaient de ses malheurs, s’inquiètent maintenant de sa force diminuée. Derrière les minorités triomphantes, il y a les peuples, ces masses d’ouvriers, de paysans, d’étudiants, de professeurs dont la vraie pensée est inconnue. Certes, nous leur donnons trop de raisons de douter de notre sagesse, mais c’est pour eux-mêmes qu’ils tremblent lorsqu’ils tremblent pour nous.
Ce serait assez qu’il n’y eût que le sort de la France engagé, pour que la partie qui se joue tînt tous les Français en état d’alerte et d’éveil; mais des millions d’hommes, qui ne croient plus à notre sagesse, croient encore à l’idéal humain qui s’incarne en nous. Dans notre humble sphère, nous en avons chaque jour des preuves nous, les écrivains français, et depuis cette année surtout.
Lisant ce matin, dans le Figaro, l’article de Claudel sur Philippe Berthelot, ce que j’éprouvais ressemblait bien à de l’orgueil. Cette prose nourrie de tous les sentiments et de toutes les pensées que l’amitié et la foi inspirent à un grand poète paraissait là, dans ce quotidien, comme un article ordinaire, courant: nous sommes assez riches, nous n’y regardons pas de si près.
Mais la littérature a une valeur de signe. Elle témoigne de la vie intérieure d’un peuple. Où en est la littérature allemande? la littérature italienne? Je ne dis pas qu’elles n’existent plus. Mais vivent-elles comme la nôtre? Répondent-elles, comme la nôtre, à une aspiration universelle?
En 1937, nous avons perdu sur tout le front diplomatique. Mais il y a des gains invisibles, des victoires secrètes dont l’effet n’apparaît pas d’abord. Et c’est notre gloire et c’est notre force que les gouvernements ne se puissent dresser contre nous sans atteindre, sans blesser le cœur même de leurs peuples.

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citer ce document

“Qui perd gagne,” Mauriac en ligne, consulté le 28 novembre 2022, https://mauriac-en-ligne.huma-num.fr/items/show/819.

Transcribe This Item

  1. MICMAU_Temps présent_1938_01_07.pdf