Mauriac en ligne

Search

Recherche avancée

Le sang des pauvres

Référence : MEL_0841
Date : 10/06/1938

Éditeur : Temps présent
Source : 2e année, n°32, p.1
Relation : Notice bibliographique BnF
Repris p.88, in Mémoires politiques, Paris : Grasset, 1967.
Type : Billet

Description

La célébration de l’Esprit saint à la Pentecôte fournit à François Mauriac l’occasion de rappeler qu’il est criminel de répandre le sang des pauvres, car ceux-ci, quel que soit leur camp, sont les « pampres divergents du même cep ».

Version texte Version texte/pdf Version pdf

Le sang des pauvres

“Veni, pater pauperum!” Père des pauvres, ainsi l’Eglise salue l’Esprit, dans la séquence de la Pentecôte. Les pauvres sont les fils de l’Esprit. Ceux-là pèchent donc contre lui, qui répandent le sang des pauvres.
À toutes les époques, la Force en a inondé la terre. Mais jamais cette force immonde n’a été glorifiée comme elle l’est aujourd’hui par une société imbécile et lâche.
Tout se passe comme si l’Esprit d’amour, dont c’était la fête dimanche, se désintéressait de ses enfants. “Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus…” Le monde ne le voit plus et se permet tout et jusqu’à rire des victimes.
“Mais vous, vous me verrez!” Nous vous verrons, Seigneur. Nous verrons votre justice. Les prêtres assassinés à Barcelone, tous les martyrs de la terreur rouge rejoindront dans votre lumière les victimes des “épurations” de droite et celles des aviateurs allemands et italiens. Les religieuses violées se dresseront comme des lys devant votre face. Et ces paysannes qui n’étaient plus, sur les dalles du marché, que de pauvres marionnettes rompues, se relèveront dans leur modeste robe noire où le sang paraît peu.
Et de nouveau le sang des pauvres embrasera ces visages levés vers le Vôtre; aucun signe ne distinguera ceux qui ont été frappés à droite, de ceux qui le furent à gauche. Ils seront tous marqués de la même pauvreté et de la même souffrance. Alors, ils s’apercevront qu’ils étaient les pampres divergents du même cep. Plus ils croissaient et plus ils semblaient s’éloigner les uns des autres; et pourtant ils étaient comme noués en Vous. Le ciel, ce sera la conscience que nous aurons de cette unité des pampres entre eux et avec la Vigne qui les nourrit de son sang.

Apparement vous ne disposez pas d'un plugin pour lire les PDF dans votre navigateur. Vous pouvez Télécharger le document.


Citer ce document

François MAURIAC, “Le sang des pauvres,” Mauriac en ligne, consulté le 2 juillet 2022, https://mauriac-en-ligne.huma-num.fr/items/show/841.

Transcribe This Item

  1. MICMAU_Temps présent_1938_06_10.pdf